[retour au sommaire]

T R A N S  -  S C I S S I O N S

CHINE - HONG KONG - VIÊT-NAM - SINGAPOUR

Programme "l’Envers des Villes" – AFAA / Caisse des Dépôts et Consignation


SOMMAIRE DE L'EXPO

PLANCHE 4  - SCISSIONS…OU MUTATIONS?

…. AVANT
En 1965, Singapour devient une cité-Etat indépendante. Les compartiments chinois du centre ville jugés insalubres et la pression foncière conduisent le Housing Department Board à construire des villes nouvelles pour loger les Singapouriens. Ainsi, de prestigieux terrains deviennent libres pour l’édification du Central Business District ou de grandes opérations de logements. Les conséquences esthétiques déplorables, la chute du tourisme, l’augmentation croissante de logements et la recherche d’une identité nationale ont conduit les autorités, entre 1975 et le début des années 80, à revoir leur politique d’aménagement et de conservation du patrimoine. Depuis, dans le centre ville, beaucoup d’anciens quartiers composés de compartiments chinois, sont  réhabilités.

Sur l’île Victoria, plus qu’ailleurs à Hongkong,  différentes échelles de bâtiments sont agglomérées les unes aux autres. Mais au milieu de cette forêt tropicale de béton, et en dehors du Central Business District (entièrement lié par des passerelles piétonnes surélevées), le niveau de référence reste la rue (dont certaines d’entre-elles, orientées nord-sud, sont trop escarpées pour la circulation des véhicules et sont entièrement piétonnes).
L’atmosphère «traditionnelle» qui y règne, la profusion de petites boutiques, marchés, restaurants, ajoutée à l’extrême densité de population tendent à faire oublier, par leur animation, cette concentration de tours.
 

… AUJOURD’HUI
Dans les dix prochaines années, la région Hongkong/Canton/Macao représentera une force de plus de 50 millions de consommateurs... La proximité de Hongkong est, pour Canton, un facteur de dynamisme, économique et architectural. Les podiums introduits dans  les villes nouvelles de Hongkong, sur des sites vierges, étaient issus d’une réflexion globale. Connectés entre eux par des passerelles, apportant une unité verticale de voisinage et une stratification de l’espace (circulation/commerces/logements), ils répondaient originalement aux problèmes fonciers et économiques liés à l’aménagement du Territoire de Hongkong. A  Canton, le modèle est employé comme une image symbolique. Les habitants des quartiers détruits sont relogés en périphérie. Les podiums, non-connectés entre eux, forment comme des îles infranchissables.

Certaines rénovations «pastiches» de quartiers formés de compartiments chinois n’ont pas permis de retrouver l’animation qui existe ici et là à Chinatown et Little India. Ironie du sort,  celle-ci peut être retrouvée dans de grandes opérations de logements lorsque les podiums, soutenant les tours d’habitation, sont mis en relation avec la ville et répondent à un souci de fréquentation quotidienne.
Malheureusement, l’orientation  conceptuelle que prennent les nouveaux podiums et le schéma de composition de nouveaux quartiers de villes nouvelles ne permet plus d’espérer le même attrait pour ces «opérations intégrées».

Dans les développements résidentiels des villes nouvelles de Hongkong, le niveau de référence n’est plus celui de la rue mais celui d’un niveau intermédiaire ou de la toiture des podiums. Le concept principal des villes nouvelles est fondé sur la séparation piétons/véhicules. Mais ce n’est pas seulement le déplacement qui a été déplacé au niveau R+1 ou R+2 mais toutes les fonctions vitales de la ville : commerces, marchés, restaurants mais aussi crèches, espaces communautaires et même parcs aménagés sur les toitures de podiums. Hormis la partielle disparition visuelle des véhicules et transports publics, et dans le cas de podiums à «développement extérieur», on peut d’une certaine façon, retrouver l’ambiance des rues du centre de Hongkong.
Puxi, rive Ouest de Shanghai, celle du Bund, des Concessions, de la vieille ville chinoise et des lilong est maintenant reliée à Pudong, rive Est, par deux ponts haubanés et un tunnel franchissant les 500 mètres de large du fleuve Huangpu.   Marécages asséchés, anciens quartiers de paysans détruits petit à petit, le développement de Pudong, programmé au début des années 90 est associé à la création d’un nouvel aéroport et doit faire place à des projets de villes nouvelles, de bureaux et d’hôtels. Cinq millions de mètres carrés devaient être construits en moins de cinq ans. Pudong, zone économique spéciale, est programmée, avec Puxi pour détrôner Hongkong.
 

Elisabeth Pacot: elisaco@wanadoo.fr

[retour au sommaire]