Page d'Accueil

[retour au sommaire du carnet de voyage]
 

Kyoto – 2 Décembre 1998 – simplicité et parfums du bois

simplicité du boisLa description des temples tiendrait d’avantage du rapport architectural, mais il est sûr que je n’ai jamais ressenti autant d’émerveillements, de douceur et de simplicité dans le perfectionnisme que dans ces lieux. Le bois se retrouve partout dans la ville jusque dans ces moindres détails comme les claustras placés devant les fenêtres :des morceaux de bois de section carré, de deux centimètres environs, de deux ou trois longueurs différentes, se positionnent verticalement devant la baie à distance régulière, offrent un écran simple.
Très étonnant aussi les jardins de mousses. Les arbres sont choisis et plantés de sorte à créer un événement, du sol au ciel. Mais qui s’est soucié de composer le sol lui-même ? Les japonais ont été jusqu’au bout de leur volonté de maîtrise. Particularité des feuilles de mousses dans leurs formes, dans leurs couleurs. A première vue, leur juxtaposition n’offre qu’un superbe tapis où les troncs noirs des pins se détachent. Mais l’œil peut rester attentif à ce motif et découvrir à nouveau quelques richesses. Le spectacle est dans le moindre recoin, à porter de la curiosité de celui qui regarde.

Ce qui me ravit le plus est ce travail de recherche de la simplicité. La sophistication n’est pas liée à une démonstration de choses insolites mais bien à la recherche de la perfection dans le naturel. Quelques arbres sont travaillés comme des bonsaïs mais la complicité recherchée entre la construction et son lieu est plus démonstrative de cette maîtrise.

[retour au sommaire du carnet de voyage]  [suite de Kyoto]